Le conseiller départemental du canton d’Ornans rend hommage à Courbet

- BICENTENAIRE COURBET -
Alain Marguet, conseiller départemental du canton d’Ornans, a tenu a brosser quelques traits de caractère de Gustave Courbet...

 

Lors de l'assemblée générale de l’Institut Courbet qui marque le quatre-vingtième anniversaire de sa fondation, Alain Marguet a rendu un hommage "à ce génie de la peinture"  tout en soulignant que "nous sommes peut-être un peu moins prompts à nous inspirer des messages qu’il a voulu nous transmettre au travers de sa peinture".

Pour Alain Marguet c'est en premier lieu un appel à l’authenticité : "Gustave Courbet n’était rien moins que heurté par tout ce qui est hypocrisie, fausseté, double jeu. Il prônait la reconnaissance de la réalité, et la vérité. Et c’est en cela que le réalisme de sa peinture a fait choc. Rien ne lui était plus étranger non plus que la courtisanerie ou la flagornerie."
Il a ensuite délivré un autre message très politique : "Que ne dirait-il pas en ces temps de fausses nouvelles, de travestissement des faits, d’affirmations infondées. Il est infiniment temps que cela cesse et soit combattu fermement. Nous sommes infiniment trop tolérants envers toutes les dérives. Nous devons en revenir à son exemple, à un langage de vérité. C’est particulièrement vrai pour tous les responsables publics. Sinon les peuples ne nous écouteront plus ". 

L'élu a rappelé l’attachement de Courbet à son terroir : "Nous connaissons tous la fierté avec laquelle Courbet revendiquait d’appartenir à un « pays »,  comme il le disait. Nous ne pouvons que lui en savoir gré, car il a attiré sur les rochers d’Ornans et sur les mille et une merveilles de la vallée de la Loue une réputation universelle. On a l’impression que cette dimension territoriale de la vie des hommes commence à être redécouverte par les pouvoirs publics. Là aussi il n’est que temps. Mais il ne suffit pas de s’en rendre compte. Il faut agir. Je dois dire qu’en la matière le département du Doubs a su donner l’exemple, notamment avec tout ce qui est fait avec la route Courbet. Mais il reste beaucoup à faire dans bien d’autres domaines". 

Et pour terminer, le conseiller départemental a parlé de la personnalité de Courbet et a félicité l’Institut Courbet pour ses actions en parlant de "modèle de désintéressement dans la donation qu’il a faite du bâtiment qui héberge le musée et de bien des œuvres accrochées aux murs" mais aussi "modèle d’articulation entre le rôle de gestionnaire public du musée, qui est celui du département, et le rôle de gardien de l’esprit du musée et de la mémoire de l’artiste".

Alain Marguet a tenu à rendre hommage à l'ensemble des présidents dont Mr Marcel Pochard, qui a été président de l’Institut Courbet pendant dix ans, et qui a rédigé les statuts et la convention encore en cours entre l’Institut et le département.

le 13 juin, 2019
Connectez-vous pour commenter