Besançon - l'anesthésiste libéré sous contrôle judiciaire

L'audience de ce mercredi 12 juin confirme la libération sous contrôle judiciaire de Fréderic Péchier, sous la stupéfaction de la vingtaine de victimes et proches de victimes

ARCHIVE /
Jeudi 16 mai, le procureur Etienne Manteaux avait tenu une conférence de presse dans le cadre de
 l’affaire Fréderic Péchier au Palais de Justice de Besançon

L’enquête autour de l’anesthésiste, ayant exercé dans deux cliniques bisontines, avance et ajoute 17 nouveaux cas aux 7 initiaux décelés en 2017 ce qui porte à 24 cas d'empoisonnements aggravés.

De nouvelles victimes

Les empoisonnements ont été décelés suite à des Evènements Indésirables Graves (EIG) pendant le passage des patients au bloc opératoire. Ces EIG sont des événements médicaux inattendus au regard de l'état de santé du patient et de sa pathologie dont les conséquences sont le décès ou la mise en jeu du pronostic vital ou la survenue probable d'un déficit fonctionnel.
Constat dramatique : 7 patients sont décédés des suites de leur intervention chirurgicale au sein de la Clinique Saint Vincent d'octobre 2008 à novembre 2016, ce qui porte à 9 personnes décédées en lien avec cette affaire.

 Des recherches poussées

Des analyses toxicologiques ont été menées par un médecin légiste et un anesthésiste en binôme sur des poches d’hydratation ou de paracétamol des victimes. Ainsi, on relève des doses massives de potassium et de la lidocaïne, un anesthésique local.

L’auteur de ces empoisonnements est alors « un professionnel santé particulièrement habile […] qui a su varier dans le temps la nature des poisons administrés pour ne pas éveiller les soupçons », souligne le procureur de la République Etienne Manteaux.

Les accusations

Les éléments de l’enquête concordent et tendent à prouver que l’anesthésiste est bien l’auteur des faits d’empoisonnement. En effet, le nombre d’évènements indésirables graves a chuté lors de la mise en examen du médecin en mars 2017. Ces cas se sont d’ailleurs multipliés lors de conflits entre le praticien et ses collègues. De plus, il est à noter la proximité immédiate du médecin avec les blocs opératoires. Fréderic Péchier a également donné des diagnostics précoces alors que rien ne pouvait à ce stade prouver les surdoses de potassium ou lidocaïne : ses diagnostics étaient trop rapides pour ne pas attirer l’attention. Pour finir, il était le seul anesthésiste présent le vendredi soir lors de la préparation des chariots de médicaments et produits à administrer aux patients la semaine suivante.

Pour le procureur, « Monsieur Péchier apparaît comme le dénominateur commun de ces évènements indésirables graves qui semblent s’inscrire, notamment, dans un contexte de conflit aigu avec ses collègues anesthésistes ou chirurgiens au sein de la clinique Saint Vincent de Besançon ».

Ainsi, Fréderic Péchier est mis en examen pour 17 empoisonnements sur personnes vulnérables, crimes punis par la réclusion criminelle à perpétuité.

Alors que le suspect de 47 ans nie toute implication dans cette affaire, il reconnaît pourtant le caractère criminel de ces actes sans pour autant apporter des réponses à la justice.
Le médecin est depuis le 16 mai 2019 sous contrôle judiciaire avec interdiction d’exercer et de fréquenter Besançon et ses alentours. Selon nos confrères, il séjourne dans le Sud-Ouest auprès de sa famille.

Une nouvelle audience ce 12 juin

L'audience de ce mercredi 12 juin confirme la libération sous contrôle judiciaire de Fréderic Péchier, sous la stupéfaction de la vingtaine de victimes et proches de victimes présente.

Ici la signature du Dr PECHIER Frédéric lors de l'une de ses interventions en 2016.
Une signature qui, à l'annonce de l'affaire, fait réagir les patients l'ayant rencontré pour leur opération.
L'association "Avapolvi" a d'ailleurs été créée depuis la première mise en examen de cet anesthésiste.
Pour rentrer en contact avec les familles des victimes : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

 

le 12 juin, 2019
Connectez-vous pour commenter