FestiDiable 2018

Crouzet-Migette et Saint-Anne acceuillent le deuxième Festidiable de France les 25 et 26 août !...

 

L’ASSOCIATION DES PONTS DU DIABLE DE FRANCE

L’association des Ponts du diable de France est née à Montoulieu (Ariège) en août 2016 à l’occasion du premier rassemblement des « Ponts du diable de France ».

Ces rassemblements ont pour objectif de réunir les communes de France et d’ailleurs qui ont sur le territoire un Pont du diable. Ils sont l’occasion de promouvoir l’aspect économique, culturel et touristique de chaque commune et de leur région.

Une association nationale nous permet d’échanger autour des légendes liées à nos mythiques ponts, de mettre en valeur tous les aspects patrimoniaux de nos monuments et de communiquer sur les multiples projets de rénovation des ouvrages. Pour l’instant, le nombre de communes adhérentes est limitée mais, nous travaillons pour que ces échanges se développent sur le territoire et pourquoi pas au delà. Festidiable 2018 à Crouzet-Migette / Saint-Anne, deuxième rassemblement national, sera sans aucun doute un formidable accélérateur pour notre association.

Le Président, Éric DONZÉ, Maire de Montoulieu (09),
Conseiller Départemental de l’Ariège

Au programme, spectacles équestres, marché de produits locaux, artisanaux et bio, le groupe Kollectif barouf sera également présent ainsi qu'une restauration et d'autres...

 

 

 

 

 

 

AU PROGRAMME :

- Samedi :

10h : Ouverture du site

• Accueil des délégations

• Installation du marché artisanal

11h30 : Accueil puis discours des officiels suivi d’un apéritif musical animé par « Sytem D »

12h15 : Repas

À partir de 14h :

• Marché artisanal, gourmand et bio de 14h : • Déambulation de la compagnie « Gravitation » jusqu’au Pont du Diable

• Légende contée sur le Pont par la Compagnie Rue Lepuic (Michel Louillet)

• Spectacles équestres sur le site de la Fête

19h : Clôture du marché

20h : Fondue géante à volonté sur réservation

21h30 : Concert du Kollectif Barouf

23h : « Le Diable dans un feu d’enfer »

23h30 : Animation D.J.Années 80 et Cie Rue Lepuic

 

- Dimanche : 

10h : Reprise du marché artisanal, gourmand et bio

12h : Grand repas barbecue 

Après-midi :

• Démonstrations de savoir-faire :
 sangliers, vanniers...

• Spectacles équestres

• Cortège musical (batucada) jusqu’au Pont du Diable

• Conte théâtralisé de la légende par la Compagnie Rue Lepuic (Michel Louillet)


18h : Clôture du Doubsfestidiable 2018

Restauration et buvette durant toute la manifestation
Repas et concert sous abri
Réservations et renseignements
au 06 78 49 70 54 ou 06 32 92 26 88

LA LEGENDE DU PONT DU DIABLE 

Vers la fin du XIIIe siècle, les gens du pays sollicitèrent un entrepreneur de Salins, nommé Babet, pour réaliser cet ouvrage difficile. Consciencieux et de bonne renommée, il signa un contrat avec les deux communes qui voulaient faciliter leurs échanges, et promit d’achever les travaux avant un an.

L’arche progressa lentement, et une nuit, un vacarme assourdissant réveilla les gens de Crouzet-Migette et de Sainte-Anne. Dans un enchevêtrement indescriptible étaient entassés blocs, poutres, cailloux…

Volontaire et décidé, Babey n’ayant qu’une parole, il embaucha aussitôt d’autres ouvriers pour doubler les équipes. Il fallait se remettre à l’ouvrage avec ardeur pour pouvoir respecter les délais. Hélas ! Un soir, un épouvantable fracas fit à nouveau sursauter les habitants.

Quelle malédiction s’acharne donc sur cet édifice ? Babey recommença…

Une troisième fois, le pont se dressa solide et massif, pourtant, dans la nuit, malgré les précautions prises, tout s’écroula à nouveau dans un bruit infernal.

Impuissant devant ce nouveau coup du sort, il s’écria :

- Pour terminer, je donnerais tout, absolument tout, même mon âme au diable s’il le faut.

À ces mots, le démon surgit à sa gauche.

- Je suis Satan. Tu m’as bien appelé. Que désires-tu ? À trois reprises, tu t’es acharné à reconstruire un pont que je démolissais à chaque fois. Ne cherche pas à poursuivre les travaux sans mon consentement, car ma puissance est sans limite. Par contre si tu acceptes mes conditions, j’ai le pouvoir de tout achever aujourd’hui même.

- Que faudrait-il donc pour cela ? interrogea Babey.

- Tu es déjà d’accord pour me vendre ton âme. C’est entendu.

J’exige encore celle de la première personne qui utilisera le pont terminé.

- Je ne peux guère consentir à cela et je n’en ai pas le droit.

- Alors tu t’en repentiras.

Finalement, Babey rappela Lucifer.

- Allons, signe ce contrat sans attendre, trancha le diable.

Tandis que l’homme de l’art s’exécutait, sur un geste mystérieux du démon, voilà le pont reconstruit.

- Mon pauvre mari est bien mal. Il délire et va trépasser... Ayez pitié et courez prévenir le curé de Crouzet, je vous en supplie, pour qu’il lui apporte les sacrements.Obsédé par ce pacte, Babey tomba malade. Épouvantée, sa femme appela les voisins :

Le jour commençait à poindre quand le vieux prêtre alerté sortit du presbytère et s’empressa de rejoindre Sainte-Anne par ce nouveau pont jusqu'à ce que le Diable surgisse.

- Vade retro Satanas ! Retire-toi Satan,s’écria-t-il aussi fort qu’il put, en présentant le ciboire devant lui. Et Dieu intervint, sauvant son serviteur.

Ébloui, désemparé, Lucifer sauta au-dessus du parapet pour tomber au fond de la gorge et disparaître à jamais dans une profonde excavation, qui n’est autre que l’entrée en forme d’entonnoir de l’Enfer, selon la croyance...

Alors le prêtre put poursuivre sa route jusqu’à la maisonnette de Babey, toujours délirant, qu’il rassura et réconforta. Bientôt le patient retrouva son calme.

Depuis, solidement amarré aux deux versants de la vallée, le pont subsiste... Bien plus tard, d’importantes modifications lui furent apportées, mais son nom rappelle toujours l’hallucinante aventure.

 

Mot du maire de Saint-Anne :

Le « Doubsfestidiable 2018 » est un événement qui veut favoriser les échanges entre plusieurs régions de France et la promotion de notre belle Franche-Comté à travers la mise en valeur de ce bel ouvrage qu’est le Pont du Diable, l’un des premiers sites classés en bénéficiant de la loi de protection de l’environnement et des sites remarquables dite « Loi Bauquier ».

L’un des objectifs de l’Association Nationale des Ponts du Diable, affiché par son Président Eric Donzé, est « d’échanger autour des légendes liées à nos mythiques ponts, de mettre en valeur tous les aspects patrimoniaux, historiques de nos monuments ».

Aussi, le maire de Sainte-Anne que je suis se doit de rendre hommage aux anciens habitants du village de Sainte-Anne qui, en 1680, après avoir vécu la destruction de leur village alors situé à l’abri du « Château de Sainte-Anne », détruit par les armées de Louis XIV lors de la reconquête de la Franche-Comté, reconstruisirent le village en son emplacement actuel, puis, en 1686, construisirent leur nouvelle église et, en 1877, surmontant avec pugnacité de nombreux obstacles, ils décidèrent de désenclaver leur village en construisant et finançant seuls le « Pont de Sainte-Anne » qui s’appellera rapidement le « Pont du Diable » en raison de l’impressionnante configuration des lieux qui a éveillé l’imagination et favorisé la naissance de légendes.

Joël BÔLE, 

maire de Sainte-Anne. 

Mot du maire de Crouzet-Migette :

C’est un immense défi que que se sont lancées les communes de Crouzet- Migette et de Sainte-Anne pour l’organisation du « Festidiable 2018 ».

Le premier Festidiable s’est déroulé à Montoulieu, dans l’Ariège, en août 2016, avec une programmation de haut vol qui a séduit visiteurs et délégations. La barre était haute pour nos deux petites communes mais, vous connaissez la formule : « À coeur vaillant, rien d’impossible » !

Depuis maintenant une année, l’association « Doubsfestidiable 2018 », créée spécialement pour mettre en oeuvre ce projet, travaille avec acharnement afin que cette fête unique soit un réel succès. Vingt à vingt-cinq bénévoles s’investissent activement dans la préparation d’un programme représentatif de la culture et des traditions franc-comtoises. Le renfort des associations voisines et l’implication active de la Communauté de Communes Loue Lison par le biais du Festival des 2 rivières, permettent la synergie indispensable au bon déroulement de l’événement. L’environnement naturel exceptionnel et les richesses touristiques du Haut-Lison ne peuvent que séduire les visiteurs que nous espérons très nombreux.

Rendez-vous donc les 25 et 26 août pour partager avec nous notre convivialité légendaire.

Michel DEBRAY,

maire de Crouzet-Migette.

le 20 juillet, 2018
Connectez-vous pour commenter