Le moustique-tigre est présent en Bourgogne Franche-Comté

Moustique-tigre, tout ce qu’il faut savoir...

Au 1er mai 2018, comme depuis 12 ans, a été mis en place jusqu’au 30 novembre le dispositif de lutte contre la dissémination du moustique Aedes albopictus en France métropolitaine.

Aedes albopictus, dit moustique-tigre, est originaire du sud-est asiatique. Il peut véhiculer des virus comme ceux du chikungunya, de la dengue ou du zika.

Il est désormais établi dans 42 départements de France métropolitaine.

 

 

 

En région Bourgogne Franche-Comté

Aedes albopictus n’est actuellement implanté que dans le département de Saône-et-Loire, où un plan de lutte contre les arboviroses est en place depuis 2015.

Il a été ponctuellement identifié dans plusieurs autres départements de la région les années passées, sans parvenir à s’y établir (avec parfois mise en œuvre de traitements insecticides ciblés).

Le reconnaître et le signaler

Tous les insectes qui volent ne sont pas des moustiques !

Aedes albopictus est petit : moins de 1 cm d’envergure.

Il est noir avec des taches blanches sur le corps et les pattes, il a une ligne blanche sur le thorax. Il a un appareil piqueur.

Le site www.signalement-moustique.fr permet de bien l’identifier et de le signaler.

Eviter son implantation :

Avant de voler et de piquer, les moustiques se développent dans l’eau, sous forme de larves.

Chacun peut avoir les bons gestes pour éviter la prolifération d’Aedes albopictus en supprimant les petits réservoirs d’eau stagnante :

- videz (une fois par semaine) coupelles et soucoupes sous les pots de fleurs, gamelles des animaux, replis des bâches, seaux, pieds de parasol

- couvrez les récupérateurs d’eau

- rangez (à l’abri de la pluie) les jouets, brouettes, seaux, arrosoirs

- entretenez les gouttières, rigoles et chenaux

- jetez (en déchetterie) déchets et pneus usagés

- créez un équilibre dans votre bassin d’agrément : les batraciens et les poissons mangent les larves de moustique.

En savoir plus :  Ministère des Solidarités et de la Santé et ARS Bourgogne-Franche-Comté  

le 25 mai, 2018
Connectez-vous pour commenter