Manifestation samedi 3 mars contre la fermeture de l'école maternelle du RPI Déservillers-Eternoz

Fermeture de classes : TROP, c'est TROP...

En langage administratif, cela s'appelle un retrait de poste d'enseignant à la prochaine rentrée scolaire. Sur le terrain, cela signe la fermeture de l'école maternelle du RPI Déservillers-Eternoz située à Eternoz en septembre 2018. Et, par là même, la fermeture de l'école primaire à Déservillers par extinction des effectifs et départ des fratries dans les trois ans à venir.

Après La Poste, le Trésor Public, la gendarmerie,... les élus constatent, là encore, la disparition d'un service public de proximité : l'école du village. L'école dans laquelle chacun - enseignants, personnel municipal, parents, élus - a envie de s'investir parce qu'elle voit véritablement ses enfants grandir.

L'Inspection Académique y a mis les formes : trois rendez-vous entre décembre et janvier ! Mais, sur le fond, les élus sont décontenancés par les changements d'argumentaires et les différences de traitement des territoires.

D'une alerte sur le niveau à la baisse de l'effectif global du RPI, la vision académique s'est progressivement réduite à une prise en compte uniquement de l'effectif de la classe maternelle, qui justifiait, d'un point de vue purement comptable, la suppression du poste d'enseignant ... dont le maintien n'est finalement possible que si l'effectif de la classe maternelle atteint les 30 élèves contre 14 annoncés auparavant ! L'exercice mathématique est donc très subjectif à l'Education nationale.

Et s'il est bien d'enseigner dans des classes à effectif réduit en zones prioritaires, pourquoi cela serait-il interdit en zone rurale ? Le RPI accueille, lui-aussi, des élèves reconnus en situation de handicap et d'autres qui ne le sont pas mais qui demandent une attention particulière.

Les conséquences de ces fermetures d'école pour la vitalité de notre territoire, pour l'emploi local (sept personnes pour le RPI), seront forcément négatives. Cela est intrinsèquement lié à ce que nous voulons comme avenir pour les zones rurales.

Pour SAUVEGARDER UNE ECOLE PUBLIQUE DE QUALITE
, pour dire HALTE A LA CASSE DES SERVICES PUBLICS EN MILIEU RURAL,
les élus des communes d'ALAISE, COULANS-SUR-LISON, DESERVILLERS, DOULAIZE, ETERNOZ, LIZINE, NANS-SOUS-SAINTE-ANNE, REFRANCHE ont appelé à manifester le samedi 3 mars 2018 de 10 h à 13 h au croisement des départementales 
D9 (Nans-sous-Sainte-Anne ↔ Bolandoz) et D492 (Amancey ↔ Déservillers).

Collectif B8 : touchés mais pas coulés


(PODCAST) La réaction du maire de Nans-sous-Sainte-Anne, Emmanuel Cretin,
concernant la fermeture de l'école maternelle du RPI Déservillers-Eternoz lors de la manifestation

La pétition en ligne : ICI

le 03 mars, 2018
Connectez-vous pour commenter