Accouchement : un premier cri tant attendu

Longtemps, le premier cri des bébés a été assimilé à un cri de douleur et certains psychanalystes évoquent même la notion de « traumatisme de la naissance »...

Il semblerait plus juste de parler d’un cri de surprise dû à la transition, certes brutale, entre la vie intra-utérine et l’air libre. Bébé passe d’un environnement chaud, plongé dans la pénombre et relativement silencieux à une atmosphère beaucoup plus froide et pleine d’agitation autour de lui. En tout cas, une chose est certaine, comme l’explique bien le livre du Pr Frydman, « Attendre un enfant », il faut voir ce premier cri comme un réfl exe ayant une fonction vitale. « Le premier cri témoigne de la mise en place de la fonction respiratoire nécessaire aux bons échanges gazeux au niveau des poumons.»

Au moment de la naissance, sous l’effet de la compression du thorax lors du passage par les voies génitales, une grande partie du liquide naturellement présent dans les poumons est expulsée. Au contact de l’air, la glotte s’entrouvre par un mouvement réflexe et les muscles inspiratoires se contractent violemment, provoquant une dépression à l’intérieur du thorax ; l’air s’engouffre alors dans l’arbre respiratoire.

Contrairement à une croyance répandue, tous les bébés ne se manifestent pas forcément bruyamment à la naissance. Cette absence de cri ne doit pas vous inquiéter. Seul le score d’Apgar donne une idée précise de la bonne santé de bébé à la naissance. Quant à ceux qui auraient besoin d’une petite stimulation extérieure pour respirer à pleins poumons, ils ne reçoivent pas de tape sur les fesses, ils ne sont pas suspendus par les pieds ! Médecins et sages-femmes se contentent de leur caresser le dos, de leur masser les pieds et les mains.

www.destinationsante.com

le 20 octobre, 2017
Connectez-vous pour commenter