La Police Aux Frontières au coeur de notre territoire

Le Commandant Jean-Michel Comte, Directeur Interdépartemental de la Police Aux Frontières (PAF) de Pontarlier nous explique la réforme territoriale de son service...

 

Issue de la Direction des renseignements généraux et des compagnies républicaines de sécurité, la Police aux Frontières a vu le jour en 1974 à Pontarlier en raison de la proximité de la frontière franco-suisse, de l’importance des flux migratoires à contrôler et du relationnel à maintenir avec la Douane française ainsi que le corps des gardes frontières suisses présents au poste de La Ferrière-sous-Jougne (25).

Son appellation originelle de Police de l’Air et des Frontières (P.A.F) lui a permis de se faire un nom dans le département du Doubs au travers de ses missions très frontalières par le fait que la Suisse ne faisait encore pas partie des états signataires des accords de SCHENGEN ce qui n’est plus le cas aujourd’hui puisque depuis le 12 décembre 2008, elle est passée au stade de frontière intérieure avec la France. À la même date, la PAF du Doubs quittait sa frontière franco-suisse pour recentrer ses missions sur une bande de vingt kilomètres en retrait pour exercer des contrôles dits «aléatoires» routiers et ferroviaires conformément aux textes en vigueur.

« La mise en place de l’état d’urgence de 2013 en raison des attentats en France a rétabli provisoirement le principe même des contrôles aux frontières et explique la présence actuelle de la PAF en frontière en association avec la Douane française pour quelques mois encore » nous confirme le Commandant Jean-Michel Comte. C’est ainsi que depuis plusieurs années et quel que soit le mode de contrôle adopté en fonction de l’actualité, la Police aux frontières du Doubs constate et refuse de façon régulière l’entrée sur le territoire à environ 3 000 personnes qui ne réunissent pas les conditions pour pénétrer sur le territoire français que ce soit par la route ou par voie ferroviaire en provenance d’Italie via la Suisse.

Un maillage territorial utile
Direction Départementale du Doubs forte de 100 fonctionnaires avec une antenne à Montbéliard et son siège à Pontarlier de 1974 à fi n 2016, les forces mobiles de la DDPAF 25 assurèrent leurs missions départementales jusqu’à la mise en place au 1er décembre dernier d’une réforme territoriale lui attribuant un secteur de compétences élargie sur la nouvelle région Bourgogne Franche-Comté avec une nouvelle dénomination de Direction Interdépartementale de Pontarlier ; son siège étant maintenu en raison de la proximité de la Suisse. À noter également, la création d’un nouveau service en agglomération de Dijon et plus précisément à Chenôve (21) avec un renfort d’une trentaine de policiers venus essentiellement de région parisienne. « Toutes les conditions sont à ce jour réunies pour faire en sorte de cerner les flux migratoires illégaux grâce à ce nouveau maillage territorial et mettre en place des contrôles dits à l’intérieur des terres sur les voies routières, autoroutières et ferroviaires en collaboration avec les autres services de sécurité implantés dans la région ».

Une direction active de la Police Nationale
En effet, La PAF fait partie intégrante des directions actives de la Police Nationale telles que la Sécurité Publique, la Police Judiciaire ou les Compagnies Républicaines de Sécurité. Contrairement aux services des douanes spécialisés dans les contrôles de marchandises, la PAF veille au respect des règles liées à la circulation transfrontalière des personnes en provenance de Suisse mais aussi d’Allemagne et d’Espagne. Une des activités essentielles de la Police aux frontières, par le biais de ses brigades mobiles de recherches, reste la lutte contre les organisateurs de filières d’immigration clandestine qui « profitent de ceux qui fuient leur pays en payant des sommes énormes à des passeurs qui ne voient leurs missions que dans le seul but de profiter de la misère du monde ». L’année 2016 a vu la résolution de trois affaires significatives en collaboration avec l’Office Central de la PAF basé à Paris (OCRIEST).

La lutte contre le travail illégal demeure un domaine de prédilection de la Police aux Frontières qui concentre une bonne partie de ses missions qui sont souvent la conséquence d’une immigration illégale en quête de moyens de subsides et exploitée par certains patrons peu scrupuleux employant cette main d’oeuvre « à bon marché » pour effectuer des basses tâches à moindres coûts.

Enfin, la lutte contre la fraude documentaire, par le biais d’agents spécialisés, renforce la PAF dans ses pouvoirs à identifier utilement l’ensemble des documents présentés à l’entrée en France, pour faire échec aux tentatives de fraude à l’identité qui facilitent l’entrée sur le territoire français.

C’est au travers de cette réforme territoriale que la nouvelle Direction Interdépartementale de Pontarlier s’inscrit maintenant au travers d’actions d’envergure qui se sont déjà concrétisées à la fois en Côte-d’Or et notamment sur Pontarlier grâce à sa brigade de recherche qui vient de mettre un terme à un réseau de proxénétisme aggravé dans un hôtel pontissalien, avec à sa tête une organisation franco-espagnole employant illégalement une trentaine de prostituées d’Amérique du Sud. Une affaire réussie, comme d’autres au cours des années précédentes, avec notamment le démantèlement d’une filière d’immigration clandestine structurée et organisée au départ de Besançon dont les protagonistes sont à ce jour écroués.

« C’est dans cet esprit d’ouverture que se définit maintenant l’avenir des missions de la Police aux frontières qui se veulent empreintes d’efficience et de professionnalisme au quotidien au coeur de la nouvelle région Bourgogne Franche-Comté » telle est la conclusion du Commandant Jean-Michel COMTE, nouvellement promu au poste de Directeur Interdépartemental.

Propos recueillis par Alain BULLE

le 15 mai, 2017
Connectez-vous pour commenter