La roue tourne à la Taillanderie !

Retour sur les travaux de restauration de la roue à augets, sous l’oeil attentif de M. Freyburger, propriétaire, et Sylvain Debray, responsable de la Taillanderie de Nans-sous-Sainte-Anne...

 

Au début du XXe siècle, gérée par la famille Philibert, cette taillanderie spécialisée dans la fabrication de faux et d’outils taillants produisait un quart du marché français de faux. Précurseur et passablement ingénieuse, la famille Philibert utilisait la force de l’eau pour actionner toute une machinerie pour faire frapper de lourds martinets et forger avec habileté des lames de faux. Même si la mécanisation a eu raison de ce savoir-faire exceptionnel, M. Freyburger a su le conserver. Son aménagement en musée, au début des années 80, permet l’accueil de milliers de visiteurs émerveillés par l’impressionnante machinerie mise en route durant les visites guidées. Mais voilà depuis deux ans, le système est à l’arrêt, usé. 

Après deux ans de projet, les fonds sont rassemblés pour un montant de 159 270 euros dont 50 % sont accordés par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC), puisque la Taillanderie est classée Monument Historique, et le reste à la charge du propriétaire. C’est l’entreprise Nouveau à Salins-les-Bains qui a en charge une partie des travaux : « C’est un chantier exceptionnel » précise Stéphane Goubet, chef de chantier « en 39 ans de carrière, je n’ai jamais fait ça ! ».

Dans un premier temps, un chêne a été sélectionné sur pied, de 1m20 de diamètre sur 6 m de long, il a été taillé à l’ancienne, à l’herminette pour faire l’axe central octogonal. Puis il a été encastré dans deux grosses couronnes en fonte de plusieurs tonnes pour actionner les martinets. Dans un deuxième temps, la roue en sapin de 5 m de diamètre et 1,20 m de large a été taillée au sol puis assemblée autour de cet axe. L’ensemble des ferrures et pièces d’origines a été réparé ou remplacé par des pièces neuves, reproduites à l’identique. Soulever, caler, calculer, répartir les charges, rien n’est laissé au hasard dans ce chantier d’envergure. Sylvain Debray qui entretien ce système depuis 22 ans, fait part de son expérience : « Nous avons très peu d’écrits sur la réalisation de ce type, c’est passionnant, le genre de travaux que l’on voit qu’une fois dans sa vie ». D’ailleurs, l’un des jeunes compagnons de l’entreprise Nouveau en a fait son chef-d’oeuvre de réception de compagnon.

Reproduire avec exactitude la roue à augets et son système avec le savoir-faire d’antan, un travail unique dont un exemplaire de son étude sera remis à plusieurs organismes comme un devoir de mémoire pour les générations futures.

Dans cette ambiance humide, aux couleurs sombres et aux odeurs de suie, les visites guidées reprennent leur cours permettant de s’imprégner de cette vie d’autrefois au rythme du bruit sourd des martinets qui s’entendaient autrefois à 10 kilomètres à la ronde.

Sophie Garnier

Taillanderie Rue du Four
25330 Nans-sous-Sainte-Anne
03 81 86 64 18
Ouvert tous les jours en avril de 14h à 18h

le 30 avril, 2017
Connectez-vous pour commenter