Le Couvoir Comtois a trouvé repreneur

Depuis le début du mois de décembre 2016, c’est Ghislaine Maire et sa fille Julianne qui sont à la tête du Couvoir Comtois…

 

L’entreprise familiale Bourgon a cédé l’activité du Couvoir Comtois au profit d’une famille d’agriculteurs de Flagey. En recherche d’un nouveau propriétaire depuis la fin de l’été, c’est finalement le Gaec « les Marsol », de Jean-Yves Maire qui a accepter la proposition : « Ils avaient le souhait que l’entreprise reste à Flagey. Nous avions cette garantie » confie Ghislaine Maire, la nouvelle gérante.

Désormais, l’activité ne sera plus saisonnière mais à plein temps. Les particuliers pourront toujours venir chercher différentes variété de coqs, de poules prêtes à pondre, pintades, canards, dinde, oie et poussins d’un jour. Les livraisons dans les dépôts de Morteau, Maîche et Arbois sont toujours assurées.

LA POULE AUX OEUFS D’OR
Le Couvoir Comtois s’était démarqué grâce à un joli coup de publicité en mars 2013. À cette occasion et avec le Sybert (Service de gestion des déchets à Besançon), l’opération « adopte une poule pour réduire tes déchets » avait permis de valoriser l’exploitation, sous les yeux bienveillant de la Madeleine Proust. Eh oui, qui aujourd’hui n’a pas sa poule dans son jardin ? En réalisant cet investissement, la famille Maire s’approprie un marché en pleine évolution. En effet, ils sont les seuls dans la région, ce qui peut permettre un large potentiel. De plus, l’engouement des produits locaux, revenu fraichement à la mode, offre de larges perspectives. Mais bien que la clientèle soit toujours fidèle depuis la passation de pouvoir, la famille Maire ne veut pas se reposer sur ses lauriers : « Il y a des possibilités à exploiter. On veut évoluer, on est motivé pour le faire ! ».

UN TRAVAIL EN FAMILLE
Reprendre une exploitation agricole pour diversifier son activité est un très grand défi. Il faut de la motivation, de la dévotion, du temps et des ressources matériels et humaines nécessaires. Élevant des volailles depuis trois années, Ghislaine connait bien le milieu volailler, et a saisi cette opportunité. Mais même en ayant ces prédispositions, il faut pouvoir inscrire l’activité dans la durée. La solution que la famille Maire a trouvée est la famille ! Oui, plus précisément les enfants : « On a de la chance d’avoir trois enfants qui adorent le monde agricole et qui veulent en vivre ». En effet, l’ainé Mathias, va travailler avec son père, Jean-Yves, et s’occuper des 47 vaches laitières. Tandis que Julianne, la cadette, sera employée et gèrera le Couvoir Comtois en collaboration avec sa mère. Cerise sur le gâteau, la benjamine envisagerait également un avenir dans le milieu agricole. C’est donc un vrai travail familial où chacun peut s’y retrouver.

PROJETS À VENIR
Pour s’adapter aux normes, les agriculteurs ont décidé de construire deux nouveaux bâtiments de 500 m² à la sortie de Flagey. Ces travaux permettent de réinstaller le Couvoir Comtois en dehors des zones d’exploitations de la société Coquy, mais sans sortir du village. Comme les anciens, les nouveaux locaux devront être pourvus des normes sanitaires et être suffisamment grands pour accueillir les dix-sept variétés de volailles. Quant à l’alimentation, celle-ci est « 100% d’origine végétale et minérale (sans farine de viande ni graisse animale) ». L’élevage est également vacciné et suivi par un vétérinaire spécialisé en aviculture. Bien que l’année 2017 soit celle de la transition, le Couvoir Comtois compte bien prendre son envol. Mais comme le proverbe le dit, qui ne croit pas en son projet, fuit le succès.

Maxence CUENOT

Pour vos commandes : 07 82 01 11 10
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - www.couvoircomtois.fr

le 05 mars, 2017
Connectez-vous pour commenter