Qu’est ce que l’URBEX ?

L’exploration urbaine (abrégé urbex) est une activité consistant à visiter des lieux construits par l’homme, abandonnés ou non, en général interdits d’accès ou tout du moins cachés ou difficiles d’accès...

 

Certains URBEX seront portés sur l’aspect historique, l’ancien et l’abandonné. Pour d’autres, ce sera la maîtrise de la ville moderne et de ses coulisses.

La photographie est également une motivation importante. Les groupes se forment bien souvent autour d’une de ces pratiques. En France plus qu’ailleurs, la spécialisation des pratiquants est très forte : certains ne vont que dans les catacombes, d’autres ne font que des toits ou des visites du métro. En toiturophilie, les lieux visités sont presque toujours des toits, que ce soit de résidences, de grands immeubles (administrations, sites publics), d’églises ou de cathédrales. Par extension, le toiturophile escalade aussi des grues ou de hautes cheminées.

Est qualifié de cataphile tout individu qui pénètre dans les galeries d’inspection des anciennes carrières souterraines de Paris (souvent confondues avec les catacombes) et les parcourt. Les motivations des cataphiles sont très diverses : sont souvent avancés l’intérêt historique, le besoin de solitude, le goût de l’interdit, l’attrait du monde minéral, etc.

En France, l’explorateur qui pénètre dans des lieux privés s’expose à un risque légal. Bien que clandestine, cette activité n’est prohibée que par quelques décrets, arrêtés préfectoraux, ou règlements internes de certaines administrations.

Cependant, toute personne se déclarant de la communauté URBEX se doit de respecter quelques règles. Sur les photos d’exploration, les intervenants doivent apparaître avec un masque à gaz, signe de ralliement du groupe. Les explorateurs ne doivent rien voler, vandaliser, et se doivent de laisser l’endroit tel quel. La seule marque de passage et l’inscription du nom de leur team. Les URBEX ne doivent pas divulguer les lieux exacts sur le net. Les meilleurs spots ne se transmettent qu’entre membres de la communauté.

Même si la contemplation est la motivation première de ses adeptes, la discrétion en fait partie intégrante. Un seul mot d’ordre pour ces redécouvreurs de lieux oubliés : Vivons heureux, vivons cachés.
Anthony JEANNIN

Plus d’infos et photos sur : urbexsession.com et www.facebook.com/urbexfc

le 25 janvier, 2017
Connectez-vous pour commenter