Association T.R.I. ou comment conjuguer "Traitement, Recyclage et Insertion"

Les 10 ans de l'association TRI de Quingey, créée en septembre 1994 à l’initiative de son président Roland Sage et de militants du Canton de Quingey, marquent un tournant dans son histoire. Sous ses allures d'entreprise florissante, elle affirme avec conviction son identité et ses aspirations. Damien Faivre, directeur de la structure, s’appuie sur la devise de l’association afin d’en exposer la particularité : "Comment mettre l'environnement au service de l'emploi, et comment mettre l'emploi au service de l'environnement".

 

En 1997, le ramassage de recyclables, la vente des objets collectés et la friperie constituent le socle des activités de l’association, alors installée à Liesle. En intervenant dans les domaines économique, environnemental et social, l’association se place au cœur de la problématique du Développement Durable et de l’Economie Solidaire.

Le premier domaine d’activité de l’association consiste à proposer le réemploi des déchets comme filière de valorisation. Il s’agit de la collecte des réutilisables, de leur tri et leur valorisation ainsi que de leur vente au " magasin ressourcerie " ouvert au public tous les 1er et 3ème samedi du mois. La seconde activité, la blanchisserie, a vu le jour en 2001 avec la reprise de la Laverie du Val. Ce pôle a largement contribué à l’insertion de femmes en difficulté en milieu rural. Enfin, la troisième activité concerne l’éducation à l’environnement. Ce pôle concerne le travail de suivi de tri sélectif dont la gestion des bacs jaunes sur la Communauté de Communes du Canton de Quingey. Il regroupe également la sensibilisation à l’environnement à destination des enfants (animations en milieu scolaire) et des adultes (journées portes ouvertes, soirées à thème…). L’objectif de ces actions, à terme, est de développer une conscience citoyenne en matière de gestion des déchets comme de consommation. De par son expérience en matière de tri sélectif, TRI se positionne comme prestataire de service en gardiennage des déchetteries et dispense des formations dans ce domaine. Ces différentes activités assurées par des personnes dites " en insertion " font de TRI une passerelle vers l'emploi en permettant à chacun de valoriser ses compétences. Outre le retour à l’emploi, l’association accompagne et encourage chaque individu à se concentrer sur son projet personnel.
 
Après 4 ans de réflexion sur la construction d’un hangar, les nouveaux locaux ont été définitivement investis en octobre 2004 et ont permis, dans un même temps, la mise aux normes européennes de la blanchisserie. Ce projet qui s’élevait à un million d’euros, a reçu le soutien de la Communauté de Communes, du Conseil Général, du Conseil Régional, de l’Etat et de l’Europe.    
Le développement de l'association et la construction d’un nouveau bâtiment ont éloigné la connotation négative qu'inspire l’insertion pour véhiculer une image professionnelle et amener l’association à être considérée au même titre qu’une entreprise. Afin de conserver une démarche cohérente dans cette phase de développement, de nombreuses questions sont en réflexion, notamment en ce qui concerne l’utilisation de l’énergie solaire ou la gestion des eaux usées et des phosphates.
Toujours soutenue par un bénévolat très actif (40 personnes), l’association compte aujourd’hui une cinquantaine d’employés équitablement répartis entre personnels permanents et personnes en insertion. Le passage rapide de 2 à 50 salariés ainsi que la diversification des activités ont parfois éloigné les personnes du cœur du projet. Au-delà de la simple création d'emplois, TRI tente en effet de donner un autre éclairage sur ce qu'est la vie sociale, la vie professionnel et de favoriser par quelque biais que ce soit la création de lien social. Afin de reformuler ces objectifs et renforcer l'image de l'association, un journal interne "fait par les salariés pour les salariés" a été créé. A l'image du "TRI Porteur" (journal externe de communication), il rassemble les gens autour de préoccupations communes tout en suscitant la participation de chacun au projet.

Pour tous renseignements : Association T.R.I au 03 81 57 56 67 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Laura FRANCO
le 01 décembre, 2005
Connectez-vous pour commenter