Culture et nature à l’honneur à Cléron

Le petit village cléronnais situé entre Besançon et Pontarlier regorge de richesses architecturales et naturelles. Ces patrimoines constituent un point d’encrage entre le passé, le présent et l’avenir. Les lieux, les édifices, les vestiges, les traces écrites du passé, la terre et les témoignages sont préservés et présentés à travers des visites chapeautées par Maryse Guille, trésorière de l’association Cléron-accueil. Suivons le guide

 

Des centaines de personnes visitent chaque année les jardins du château, le Hameau du fromage, le Musée du Tacot et les lieux historiques de cette commune. L’église Saint Siméon fait l’objet d’une présentation détaillée tout comme le Dieu de Pitié du 16ème siècle et la vitrine d’exposition consacrée aux pompiers ruraux.

Le tourisme culturel s’intéresse également à l’environnement de ce secteur doubien. La diversité floristique en particulier les hauts de falaises calcaires sont observés. Les attractions culturelles et patrimoniales réunissent des visiteurs de toute la France, d’Europe et d’Outre Atlantique, ravis de participer à une visite guidée ou à la carte à la découverte des marques indélébiles d’autrefois. La sauvegarde de la mémoire collective est le cheval de bataille de Maryse Guille et de son équipe qui prennent plaisir à partager leur passion pour l’histoire de leur bourg.

Dans ce but, ils consacrent temps et efforts aux touristes curieux, une façon de renforcer leurs intérêts pour des projets liés au patrimoine. Récemment la technologie a permis d’accroître les possibilités de visites grâce au courriel créé Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et contribue de cette manière à la pérennité de la prospérité matérielle et morale de jadis ainsi qu’à la connaissance de l’environnement avec le retour des beaux jours.

Marie-Lou PIRES
le 01 mai, 2006
Connectez-vous pour commenter