Réfléchir pour mieux vivre ensemble

RéCidev (Réseau Citoyenneté Environnement) et la Maison de quartier de Planoise, en partenariat avec la Ville de Besançon, invitent Jean-Louis Sagot-Duvauroux à animer une conférence sur le thème “ Jeunes, noirs et Français. Comment vivre avec des attaches du Nord et du Sud”. Rendez-vous salle de la Malcombe à Besançon le mardi 9 mai 2006 à 20h30.

En octobre 2004, la sortie du livre de Sagot-Duvauroux intitulé “On ne naît pas noir, on le devient” avait fait grand bruit, tant ses réflexions nouvelles et décapantes révélaient des représentations jusque là informulées et/ou inconscientes.

Partant de son expérience d’auteur dramaturge, de ses initiatives avec des “jeunes de banlieue” mais également de sa vie personnelle, Jean Louis Sagot-Duvauroux réfléchit sur la façon dont les jeunes noirs de France vivent leur condition.
C’est une construction culturelle confuse où se mêlent l’idéologie de la race, les mémoires douloureuses plus ou moins enfouies, le racisme réel ou fantasmé, les intentions bonnes ou moins bonnes de la société blanche.
Il analyse le regard que les enfants français de parents africains portent sur la France, sur le pays d’origine de leur famille, sur la culture de leurs parents, et sur eux-mêmes. Que signifient pour eux les mots d’intégration, de communauté, de métissage culturel ? A partir de nombreux exemples, l’auteur décrit la condition et les aspirations de ces filles ou de ces garçons, originaires d’Afrique ou des Antilles qui, par hasard ou par choix, font partie de la jeunesse de la France.

Durant sa conférence, Jean-Louis Sagot-Duvauroux exposera la problématique de son livre qu’il agrémentera d’exemples concrets d’actions entreprises dans les lycées, avec les jeunes.
Il apportera ainsi  un éclairage très précieux sur la difficulté pour les jeunes Français issus de l’immigration de vivre avec leur double culture. Cette conférence devrait donner des éléments de compréhension aux jeunes issus de l’immigration comme à leurs parents ainsi qu’aux éducateurs, animateurs et constituer aussi une sensibilisation essentielle pour la lutte contre le racisme et pour l’acceptation de chacun avec ses différences.

Lucile Mouquot et Laura Franco
le 01 mai, 2006
Connectez-vous pour commenter