Un exercice sous le plancher des vaches...

La Fédération Française de Spéléologie (FFS) a en charge l'organisation des secours souterrains et une de ses commissions a pour but la mise en oeuvre d'équipes et de moyens spécialisés. Le Ministère de l'Intérieur, par conventionnement avec la FFS, reconnaît le rôle prépondérant et incontournable du Spéléo Secours Français (SSF).

 

Le SSF, c'est 2 000 bénévoles en France qui participent à cette mission de secours en assurant la prévention et en étant disponible en cas de secours réels. Dans le Doubs, un Conseiller Technique départemental du Spéléo Secours Français en la personne de Monsieur Didier Pasian, a la lourde responsabilité de guider les équipes lors des formations et des accidents qui fort heureusement sont rares.
Les 3 et 4 novembre 2006, à la demande de la Préfecture de Franche-Comté, aura lieu un exercice grandeur nature réunissant plus de 70 spéléologues à la Baume des Crêtes à Déservillers. Cette cavité majeure en France, est l'entrée principale du réseau souterrain du Verneau qui totalise à ce jour un développement de 32 kilomètres de galeries jusqu'à sa résurgence de Nans-sous-Sainte-Anne. Une exploration qui nécessite d'excellentes conditions physiques aux spéléologues et aux spéléonautes pour franchir les galeries noyées. En effet, Le Verneau souterrain est reconnu pour être la plus grande traversée au monde post- siphons.

Même si l'activité spéléologique rapporte plus à la collectivité que ce qu'elle lui coûte grâce aux nombreuses études du sous-sol notamment, les accidents n'en demeurent pas moins impressionnants en raison de la pression médiatique. Les derniers sauvetages dans le réseau du Verneau ont en effet mobilisé presque toutes les rédactions françaises en raison du nombre de prisonniers dans le gouffre (jusqu'à 9 spéléologues en septembre 1989), de leurs durées (plus de 48 heures) et de l'importance des moyens humains pouvant atteindre 200 hommes.
C'est pour être toujours opérationnel que les 3 et 4 novembre un plan de secours sera déclenché. Pas d'affolement car en sous-sol, ce ne sera qu'un exercice mobilisant les équipes de bénévoles sur plusieurs lieux de stages dont Montrond le Château et Châlain avec un point de rencontre final à Déservillers.
Des spéléologues étrangers vont participer aux stages afin de calquer ce modèle français en matière de secours spéléologique. Mais attention, la spéléologie reste un sport sans risque à condition d'adhérer à l'un des nombreux clubs car la Franche-Comté ne compte pas encore de via sous terrata !

Alain Bulle
 
Plus de renseignements sur : http://ffspeleo.fr
le 06 octobre, 2006
Connectez-vous pour commenter