Paulette Guinchard

Guinchard Paulette, Députée de la seconde circonscription de Besançon
Né en 1949 à Reugney, Domiciliée à Besançon...


Reportage diffusé sur Villages FM --->
{play}http://www.villagesfm.com/podcast/paulette_guinchard.mp3|[AUTOPLAY]|#009C0A|[AUTOREPLAY]{/play}

2ème reportage diffusé sur Villages FM --->
{play}http://www.villagesfm.com/podcast/paulette_guinchard2.mp3|[AUTOPLAY]|#009C0A|[AUTOREPLAY]{/play}
Loin des faubourgs huppés de la capitale, dans un petit village paysan du Doubs, naquit Paulette Guinchard, au beau milieu d’une famille de huit enfants. Inscrite dans la génération du baby-boom d’après-guerre, elle grandit au sein d’une famille unie, cultivant la solidarité, le partage et l’ouverture d’esprit, sans aucune prétention sociale. Des souvenirs d’enfance qui vont structurer la personnalité d’une femme qui, en mars 2001, intègrera le Gouvernement Jospin en tant que Secrétaire d’Etat aux personnes âgées.

“Je peux vous assurer que quand je suis arrivée pour la première fois au Conseil des Ministres, c’est Reugney que j’avais en tête, mon père plus exactement. (...) J’avais vraiment besoin de sentir mes racines. Je pense que c’est dans l’enfance que l’on apprend la sécurité”. Son enfance incarne le creuset où les valeurs de justice et d’égalité s’épanouissent, conduisant progressivement Paulette Guinchard à s’investir dans le monde politique. Le refus des inégalités matérielles, de traitement humain ou de non respect de la dignité humaine constituent le socle de cet investissement. De plus, son soucis constant de reconnaître la place des femmes dans l’organisation de la société, sans les confiner dans la sphère familiale et professionnelle mais en leur donnant accès aux responsabilités politiques et économiques, renforce sa détermination.
Ses nombreuses expériences professionnelles (infirmière en psychiatrie, responsable de formation...) conjuguées à ses engagements syndicaux nourrissent son attachement à la « France d’en bas », si étrangère à priori à une grande partie des responsables politiques.
C’est sans conteste la mise en œuvre d’une politique de proximité qui a construit au fil des années la popularité de cette élue hors normes. « Je me suis toujours fixée comme repère que mon travail de député, c’était de faire le lien entre le local et le national, et le national avec le local ». Mais cette ligne de conduite paraît difficile à tenir tant le rythme de travail imposé par un mandat national engendre de contraintes. Quand le manque de temps ne permet plus de faire ses courses soi-même ou de prendre en charge l’éducation de ses propres enfants, quel rapport entretient-on avec la réalité de millions de personnes que l’on est censé représenter ?
Indirectement, Paulette Guinchard a répondu à cette question le 7 décembre dernier lors de l’annonce faite aux délégués socialistes du Doubs réunis à Baume-les-Dames. Malgré le soutien massif des militants de sa circonscription, elle a décidé de ne pas se présenter aux législatives de juin prochain. “Un certain nombre de raisons m’amènent à penser ne pas pourvoir assumer un mandat comme j’ai toujours voulu l’assumer.(...) C’est une question d’honnêteté vis-à-vis de moi-même et des citoyens”.

S’il n’existe pas de structure sociétale idéale, la démocratie reste essentielle à l’organisation du vivre ensemble. En outre, “La démocratie est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple”. Cette définition de Péricles, toujours d’actualité, renvoie chaque élu face à sa responsabilité de représentation. “Le nombre de fois où j’ai senti la charge de cette responsabilité de représenter les gens du Doubs, mais aussi les gens d’une certaine catégorie de français, de ce que vivent les français. Quand je parle d’assumer, c’est complètement autour de la notion de la démocratie”. Si ce respect des valeurs démocratiques qui caractérise le parcours de Paulette Guinchard guidait chacun de nos élus, il est fort probable que les français auraient une toute autre approche de la politique .
L.F.
le 11 janvier, 2007
Connectez-vous pour commenter