La percée du vin jaune

Amateurs éclairés, professionnels des vins comme néophytes hédonistes seront réunis les samedi 3 et dimanche 4 février 2007 pour célébrer la 11ème Percée du Vin Jaune, présidé par le jeune et dynamique vigneron Jean-Charles Tissot. Deux jours de festivités et d’animations autour de la symbolique mise en Perce du premier fût de Vin Jaune 2000 qui révèlera enfin ses arômes. Dans les caveaux, les visiteurs de la Percée auront le privilège de réserver les premiers clavelins...

La Percée fête ses 10 ans à Salins-les-Bains
A l’initiative de la Fête du Comté de Poligny en 1978, Bernard Badoz décide vers la fin des années 90 de créer une manifestation autour des vins du Jura. Il propose aux vignerons locaux le concept d’une grande manifestation annuelle itinérante réunissant toutes les petites fêtes viticoles existantes. Un de ses objectifs principaux serait la promotion de tous les vins jurassiens, du Sud-Revermont à Salins-les-Bains. C’est en 1997 à Poligny qu’est inaugurée, sous sa présidence, la première édition de la Percée du Vin Jaune regroupant alors cinquante vignerons. Son succès se confirme au fil des années, d’Arbois (1998) à Lons-le-Saunier (2006), en passant par Château-Chalon/Voiteur (1999) ou encore à Gevingey (2001). Une des particularités de la Percée réside en effet dans son itinérance, qui offre aux visiteurs une occasion de découvrir le patrimoine local, les villes et surtout les villages rattachés à l’histoire des vins et des produits locaux dégustés. Cette authenticité, très appréciée du public, se reflète également dans le choix des exposants qui cultivent chacun à leur manière l’amour de la tradition, viti-vinicole.
Pour sa onzième édition, la Percée du Vin Jaune se tiendra dans une des villes hautement historique du Jura : Salins-les-Bains. Dix siècles durant, cette cité a construit sa richesse sur l’extraction du sel qui en a fait sa renommée. Aujourd’hui encore, à travers les activités thermales, la source naturelle d’eau salée offre à cette Petite Cité Comtoise de Caractère de larges possibilités de développement. Mais au delà de ses attraits culturels et patrimoniaux, Salins-les-Bains vous fera découvrir son passé viticole, largement célébré par le vigneron, ampélographe et érudit salinois Charles Rouget au 19ème siècle.
Cette grande fête populaire qui a réuni 50 000 personnes l’an dernier, sera à nouveau marquée par la célèbre “Vente aux enchères de vieux millésimes” ouverte au grand public, le défilé d’un cortège de vignerons qui précède la cérémonie de la Percée et le Clavelinage, concours réservé aux professionnels qui distingue les meilleurs Vins Jaunes. Un grand événement festif et inter-générationnel que l’on doit en partie aux 650 bénévoles présents sur le week-end dont un noyau dur œuvre toute l’année pour que cette fête perdure.

Mystère et grandeur du Vin Jaune
La Percée fédère aujourd’hui plus de 80 vignerons du Jura autour du symbolique Vin Jaune. Aujourd’hui reconnu comme un des plus grands vins blancs au monde par d’illustres dégustateurs et gastronomes, les légendes sur son origine sont nombreuses. Certains attribuent sa découverte à un vigneron distrait qui aurait oublié un fût de savagnin retrouvé six ans et trois mois plus tard. Mais son élaboration reste généralement associée aux abbesses de Château-Chalon, dont l’abbaye fut fondée au VIIème siècle. Faute de s’adonner aux plaisirs de la chair, qui leur étaient interdits, elles auraient reporté leur amour sur ce précieux breuvage.
Sa conception, élaborée à partir du seul cépage Savagnin, remonte certainement à plusieurs siècles. Une fois sa fermentation achevée, le Vin Jaune prend place dans des fûts de 228 litres. Remplis en laissant un vide de quelques litres, les fûts sont ensuite bondés sans aucun ouillage (ouillage : rajout du vin de même nature) pendant une durée de six ans et trois mois, fixée par décret. Le mystère de ce vin tient alors dans sa non-oxydation et son heureuse transformation. En effet, le fameux voile de levures, fine pellicule qui se forme à la surface, l’isole de tout contact avec l’air ambiant le protégeant ainsi de l’oxydation. Les seuls échanges possibles ont lieu à travers le bois du fût. Après son vieillissement, seul le clavelin, bouteille unique dans sa silhouette, pourra accueillir 62 centilitres de Vin Jaune. Soit ce qui reste d’un litre de vin mis en tonneau 6 ans auparavant.

Interview de Bernard Badoz, (vigneron jurassien et créateur de la Percée)
Pourquoi avoir choisi ce terme de “Percée du Jaune” ?
Je me rappelle lorsque j’étais gamin, lorsque mon père mettait un tonneau de vin jaune en bouteille - autrefois, c’était pas contrôlé comme ça l’est aujourd’hui - c’était un petit peu comme une loterie, comme si le vigneron cassait sa tirelire. Et ma mère disait “j’étais contente quand ton père mettait un tonneau de vin jaune en bouteille, on était riche toute l’année”. Je me suis dit qu’à l’époque, ça devait être un moment fort dans la vie d’un vigneron : après six ans d’attente, mettre en perce le tonneau de vin jaune !

Comment expliquez-vous le succès de cette manifestation ?
Trois choses expliquent ce succès :
Premièrement, le principe mis en place : une manifestation viticole qui n’engendre pas de cas d’alcoolémie. Sur dix Percées, il n’y a jamais eu d’accident de la route grave qui aurait pu jeter le discrédit sur la manifestation. Ceci grâce au concept tel que je l’avais créé. On a institué dès le début des carnets de dégustation. Les visiteurs ont droit à dix dégustations de trois centilitres, soit environ 30 centilitres de vin. Dans une journée, ça n’engendre pas de cas d’alcoolémie. En plus, on a mis en place un partenariat avec la Sécurité Routière qui permet aux gens de tester sur place et gratuitement leur taux d’alcoolémie. C’est un peu ça le succès : un système de précaution pour éviter les débordements. On a aussi ces navettes que prennent les gens directement à la sortie des trains, des autobus ou sur les parkings et qui les emmènent au cœur de la fête.

Deuxièmement, le fait que la manifestation soit itinérante. C’est chaque année la découverte d’une ville ou d’un village dans lequel on fait en même temps la découverte du patrimoine, et notamment parce que les dégustations ont lieu dans des caves. (...)

La troisième chose, c’est la présidence tournante. (...) On est président une année mais on reste membre de l’association. On ne prend pas la grosse tête à être “Le président des Ambassadeurs du Vin Jaune”. Peut-être que si les politiques s’inspiraient de cela, ça irait beaucoup mieux en France ! (rires). Mais le président n’est pas élu, il est désigné par cooptation. Il est choisi parce qu’il réside dans la commune organisatrice ou parce qu’il a des attaches particulières avec le lieu. On prend quelqu’un de sûr, de solide, qui a déjà une petite expérience pour ne pas que cette manifestation parte à la dérive.

Qu’apporte aujourd’hui la Percée aux vignerons ?
“Certains vignobles sont en pleine crise, d’autres s’en sortent comme l’Alsace, la Provence. Le jura est un vignoble qui résiste à cette crise viticole. Les statistiques montrent qu’on a augmenté les ventes de 3% ce dernier exercice. Si on a réussi à maintenir ce chiffre là, alors que les autres régions viticoles sont en moyenne à moins 30%, c’est un peu grâce à la Percée du Vin Jaune”.

Programme
Vendredi 2 février
Colloque d’ampélographie. Hommage à Charles Rouget, auteur d’un traité d’ampélographie
De 8h à 18h avec repas sur place à 12h30
Inscriptions 03 84 73 01 34 (30)

Samedi 3 février
12h Ouverture du site
12h30 Concours de cuisine, trophée André Jeunet
13h à 18h : ouverture des caveaux
14h30 : Vente aux enchères de vieux millésimes
20h30 Soirée de la Percée
(sur réservation : 03 84 73 01 34)

Dimanche 4 février
9h30 Départ du cortège des vignerons
10h00 : Messe et « Offrande du vin jaune »
11h30 Cérémonie de la Percée du Vin Jaune Intronisation et passation du Symbole de la Percée
12h - 18h Ouverture des Caveaux
14h Démonstration de cuisine
La Percée 2006, c’est :
- 38 000 verres vendus
- 50 000 visiteurs sur 2 jours
- 41 1000 € de budget
- 74 vignerons jurassiens dans
56 caveaux
- 600 bénévoles
- 41 stands, restauration et exposition
- 55 autocaristes
- 18 000 bouteilles dégustées
- 17 000 bouteilles vendues


Infos pratiques :
Prix d’entrée :
10 € pour l’accès au site (donne droit à 10 tickets de dégustation, parkings et navettes gratuits)
Accès : Gare SNCF TGV d’arrivée à Mouchard et Dole
Navettes TER Franche-Comté spéciales (www.ter-sncf.com)
Par A39 : sortie Dole ou Poligny
le 31 janvier, 2007
Connectez-vous pour commenter