RIDAN, la victoire de la chanson française

Rencontre avec cet artiste...

Villages FM :
Vous avez débuté dans le milieu du rap, qu’est ce qui vous a amené à changer de style ?
Ridan : Je crois qu’on n’a pas qu’un seul amour sinon ce serait triste, et il se trouve que j’ai commencé, avant de faire du rap, par la poésie qui est une écriture très technique alors que le rap est une écriture spontanée, très crue et c’est l’amalgame des deux qui m’a amené à la chanson. Et le point faible du rap est de parler à un public qui connaît déjà toutes les problématiques, donc c’est un peu moins glorifiant. Ce qui est intéressant dans la chanson, c’est justement d’apporter le débat, et faire un débat avec quelqu’un qui est déjà d’accord, ça n’a pas d’intérêt.

Villages FM : Vous avez des textes assez engagés sur différents sujets, quel est le message qui vous tient le plus à cœur ?
Ridan : Ca va paraître démagogue mais c’est l’amour, c’est la clé de voûte de toutes les problématiques. Un peuple qui s’aime ne se tapera pas dessus et vit bien. C’est de toute façon la quête de toute l’humanité.

Villages FM : La chanson pour vous est-elle d’abord un exutoire ou avant tout un moyen de dénoncer les problèmes de notre société ?
Ridan : C’est surtout une thérapie en fait. Il y a une démarche personnelle dans la création d’une chanson, c’est quelque chose de très égoïste au départ puis une fois que c’est terminé, c’est le public qui se l’accapare, il y a une notion de partage à ce moment là. Les thèmes que j’aborde ne sont pas forcément les thèmes les plus lisses et les plus simples à traiter mais c’est réaliste et on vit dans cette réalité donc à choisir entre l’être et le paraître, je n’ai pas choisi le paraître.

Villages FM : Vous avez mis en musique le poème Ulysse de Joachim Du Bellay, avec succès, pourquoi celui-ci en particulier ?
Ridan : C’est le plus vieux souvenir que j’ai en poésie. C’est un poème qui est classé dans le Renaissance et la poésie de cette époque était très douce alors que ce poème est très révolté, c’est très guerrier même et on peut le calquer cinq cents ans plus tard sur la vie de chacun d’entre nous, on a la même quête de gloire et de réussite. Ulysse était dans une quête d’ego un peu mal placé et finalement on recherche toujours la même chose : la richesse qui était à l’époque plutôt intérieure ce qui n’est plus forcément le cas aujourd’hui.

Villages FM : Comment se passe l’écriture et la
composition ?
Ridan : Il n’y a pas de source de départ, ça peut venir d’une image, une photo et souvent une situation, qui appelle soit une mélodie soit un mot. Pour l’agriculteur par exemple, c’est une phrase qui m’est venue au réveil en ouvrant mes volets et en voyant l’horizon et le soleil. Ce sont des émotions qui arrivent donc c’est très cardiaque, ça ne se maîtrise pas. Au niveau de la composition, je suis mélodiste, donc je co-compose avec mon équipe. Généralement j’aime bien le côté paradoxal musicalement, avoir des textes parfois un peu durs et un peu crus et une musique très douce à côté, ça rend acceptable l’inacceptable finalement.

Villages FM : Avec quel artiste aimeriez-vous faire
un duo ?
Ridan : J’aurais dit Brassens mais ça va être un peu dur ! Il y a beaucoup d’artistes que j’aime bien. J’ai fait une belle rencontre dernièrement avec Jean-Louis Murat, il est un peu à l’antithèse de moi, il a une écriture très douce et une personnalité très excentrique, j’adore cette dualité. Travailler ensemble pourrait être pas mal je pense.


le 10 juin, 2008
Connectez-vous pour commenter