De l’arbre à l’instrument de musique

Depuis 1992, date de la création de l’entreprise Le Bois de Lutherie à Fertans, Bernard Michaud, bûcheron et grand amateur de musique baroque parcourt les forêts de France et d’Europe à la recherche d’essences précieuses. De ces bois de qualité dépend la sonorité de l’instrument musical. Et il ne se contente pas de dénicher des arbres aux diamètres variés...

 

Ce jeune gérant orchestre avec maestria toutes les étapes du cheminement du bois : de l’abattage des arbres à leur débit, avant d’être livrés pour la fabrication d’instruments multiples : violons, clavecins, guitares ou bien encore cornemuses. Bernard Michaud ne rechigne pas à la tâche. Malgré des journées bien remplies, il trouve encore du temps pour organiser des stages de lutherie mondialement connus et de nombreuses rencontres.

Ces arbres qui chantent
La forêt est un lieu emblématique où les arbres ont bien connu des avatars depuis la nuit des temps. Les hommes d’avant et d’aujourd’hui sollicitent ces curieuses silhouettes. L’épicéa, conifère à gros tronc cylindrique est utilisé en lutherie. Ce bois assure une bonne propagation du son et s’avère utile pour la table de résonance de tous les instruments. L’érable sycomore ondé permet la construction de la structure des violons, altos ou violoncelles. Bernard Michaud recherche également du buis, un arbuste méditerranéen dur et résistant. Tous ces bois sont débités avec la même attention. Ils doivent sécher pendant un minimum de cinq années. Un long séchage s’impose pour des fonds précieux. Un peu comme un bon vin qui se bonifie avec l’âge, le bois doit sécher et vieillir afin d’être stabilisé et par conséquent exploitable. Cette transformation physique et chimique est l’essence même de cette matière ligneuse et compacte. En 1999, année de la tempête, les activités de l’entreprise Le Bois de Lutherie ont été chamboulées. Mais à ce jour l’entreprise de sciage et préparation de bois européens pour la facture instrumentale a retrouvé un flux normal de bois.

Dévoué aux échanges
Le travail n’est pas une fin en soi pourraient soutenir certains. Néanmoins tous les goûts et les couleurs sont dans la nature et Bernard Michaud tend à sensibiliser au sein de son entreprise un large public aux qualités du bois. Ainsi des stages de lutherie et d’archèterie sont proposés. Familiariser les gens à l’utilisation des outils du luthier pour construire un instrument est une expérience enrichissante. Par ailleurs depuis trois ans des meetings de lutherie à l’atelier réunissent des professionnels venant des quatre coins du monde et des concerts sont régulièrement organisés à Fertans. D’autres projets de rencontres sont en réparation et Bernard Michaud invite chacun de nous à venir découvrir au sein de son entreprise que le bois et l’homme sont sur la même longueur d’onde.    
Contact : 03 81 86 55 55 - www.bois-lutherie.com
Marie-Lou PIRES
le 01 avril, 2005
Connectez-vous pour commenter