Les chantiers départementaux œuvrent pour l’insertion

Gilles Gomot, directeur des Chantiers Départementaux, et moi-même arrivons en matinée sur le chantier du centre d’hébergement du Roseau à Besançon. Une vingtaine d’hommes et de femmes y travaillent activement. Après avoir salué chaque ouvrier et s’être enquis de l’avancée des travaux, Mr Gomot me fait remarquer la présence de la comptable et du chargé de mission et de communication, curieux de découvrir ce nouveau chantier. Cette entrée en matière paraît révélatrice de l’esprit de cohésion et de la rigueur qui guide cette association...

 

Créée à l’initiation du Conseil Général du Doubs et reconnue d’utilité sociale, l’association des Chantiers Départementaux œuvre dans le cadre de l’IAE, l’Insertion par l’Activité Economique. Habituellement, elle prend en charge un public dit "en grandes difficultés" : bénéficiaires du RMI, demandeurs d’emploi de longue durée ou de plus de 50 ans, jeunes en errance… Actuellement, une vingtaine de permanents gèrent cette structure et encadrent 110 personnes en insertion, employées pour la plupart sous Contrat Emploi Solidarité et Consolidé (dispositif remplacé prochainement). Leur recrutement s’effectue par la diffusion des offres d’emploi à l’ANPE ou par le biais des CMS (Centres Médicosociaux), CCAS (Centre Communal d’Action Social) et des CIAS (Centre Intercommunal d’Action Sociale).

Les bailleurs d’ouvrage, en d’autres termes les " clients ", sont généralement des collectivités territoriales (communes, syndicats intercommunaux, Conseil Général…) ou des associations. Dans le cas présent, le centre d’hébergement Le Roseau (structure de l’ADDSEA) a confié la réalisation de l’aménagement paysager du site, c’est-à-dire la construction de murs en pierre, la plantation de végétaux et l’aménagement des circulations. Planifié sur un mois, ce chantier comprend plusieurs étapes (décaissement, maçonnerie, remblayage, finition des sols, plantation…) réalisées intégralement par les deux équipes encadrées par deux chefs de chantier. Les responsables ne perdent jamais de vue la finalité de leur action : la lutte contre l’exclusion par le biais de l’insertion, autant professionnelle que personnelle. Pour y répondre de façon efficace et cohérente, ils instaurent un cadre de travail rigide, similaire à celui d’une entreprise, et imposent un niveau d’exigence élevé quant aux travaux accomplis tout en tenant compte des difficultés physiques de chacune et chacun.
La majorité des personnes débutant leur contrat n’ont aucune formation ni expérience dans le domaine requis. Les Chantiers s’annoncent comme un lieu d’acquisition de techniques et amènent chacun à se socialiser, à se familiariser avec les habitudes de la vie professionnelle (respect des horaires, travail en équipe…). Pour exemple, le public dit "en grande difficulté" a souvent une vision à court terme, parfois à la journée. Pour un individu intégrant l’association, les étapes successives à franchir avant de récolter concrètement le fruit de son travail (du montage de dossier à la 1ère rémunération) s’étalent sur deux mois et demi. Cette période permet d’emblée de reprendre contact avec la notion de temps qui est celle de notre société. 

Au fil des semaines, certains réussissent à dépasser le statut de "personne en insertion" pour acquérir celui de jardinier ou de maçon.  Le travail constituant une partie de notre identité sociale, ce passage symbolique atteste de la réussite du projet.

Contact : Chantiers Départementaux,
4 chemin Clairière, 25000 Besançon.
Tél. 03 81 47 80 30
Laura Franco
le 01 avril, 2005
Connectez-vous pour commenter