Claude Vermot-Desroches à la tête de la filière comté

L’engagement de Claude Vermot-Desroches, président du Comité Interprofessionnel du Gruyère de Comté, répond au souci de regrouper des professionnels de la filière comté afin de réfléchir et agir ensemble, mais également au désir de défendre et valoriser" un produit authentique de haute qualité ". Rencontre avec un exploitant dont l’engagement témoigne de son amour de la région et du comté...

Titulaire d’un Bepa, Claude Vermot Desroches s’installe en 1979 à Cademène avec son frère et leurs épouses respectives, en tant que producteurs de lait. Dès 1975, débute son implication dans le milieu syndical à la CDJA (Chambre Départementale des Jeunes Agriculteurs), puis à la FDSEA (Fédération Départementale  des Syndicats d'Exploitants  Agricoles). Il prend ensuite les fonctions de vice-président de la Chambre d’agriculture du Doubs en 1989, de président de l’ADASEA Doubs et Bourgogne (Association Départementale pour l’Aménagement des Structures des Exploitations Agricoles) ou encore celle d’administrateur de la coopérative de Fontain, image de son enracinement local.
En 1995, il obtient une maîtrise en " encadrement et management " adaptée au milieu agricole. Cette formation lui permet d’acquérir une vision plus globale des problématiques de sa filière afin d’assumer pleinement ses multiples responsabilités. Après sept années passées au CIGC en tant qu’administrateur, Mr Vermot-Desroches en est élu président en 2002.

Regroupant les grandes familles de la filière Comté (producteurs de lait, fabricants de fromage, affineurs et commerçants dont la grande distribution), le CIGC travaille à l’harmonisation des intérêts de chacun, et ce dans un esprit de durabilité. Ce principe s’organise autour des trois missions que sont la défense des intérêts de la filière, la gestion des marchés et la communication.

La défense des intérêts passe par la représentation politique de la filière au sein d’institutions nationales et internationales, mais également par l’orientation donnée à la recherche et à ses applications. En ce sens, le cahier des charges de l’AOC Comté (Appellation d’Origine Contrôlée) s’affiche comme un véritable outil de défense et un gage de qualité.

Quant à la gestion du marché, elle vise à maîtriser la production en mettant en phase l’offre et la demande, et ce dans le respect des lois liées à la concurrence. Face au succès du comté (33000 tonnes vendus en 1992 contre 48000 tonnes en 2002) et pour pallier au risque d’une trop forte production, le comité a mis en place un système de régulation en distribuant aux producteurs des plaques vertes symbolisant la quantité de comté que chacun est autorisé à fabriquer. Cette implication du CIGC dans les contrôles de production vise à renforcer la crédibilité du produit, tant il paraît paradoxal de jouer sur les différentes facettes que sont rendement, rentabilité et qualité.

En matière de communication, il s’agit d’inventer et de coordonner différentes actions au niveau régional comme international, en partant du constat que les Francs-Comtois sont les meilleurs ambassadeurs des produits locaux. Ces actions visent à cultiver le sentiment d’appartenance à un terroir et à une culture culinaire. Ainsi, " Les routes du Comté ", outil promotionnel mis en place en 2000, proposé à chacun de découvrir la Franche-Comté à travers un réseau constitué de fruitières, de fermes et de caves d’affinage, afin de sensibiliser les gens au contexte de fabrication et aux exigences qui font du Comté un fromage d’exception. Pour Mr Vermot-Desroches, " le Comté véhicule des valeurs dont notre société est en demande ".
Laura Franco

le 01 juillet, 2005
Connectez-vous pour commenter