Le p2p : comment ça marche ?

Définition :
Le terme Poste à Poste est la traduction (initialement adoptée au Canada) de l'anglais Peer-to-Peer (ou aussi Point-to-Point), laquelle est souvent abrégée P2P. On peut aussi traduire par "pair à pair" ou "égal à égal". (cf. wikipedia.org).

Etat des lieux :
Les résultats de l'enquête menée par TNS Sofres (15/02/2006) montrent qu’un Français sur 6 télécharge, soit environ 11 millions de Français mais surtout que 39% des Français chez les 18-24 ans ont adopté cette pratique.

Rappelons tout d’abord que le P2P n’est pas illégal en soi, c’est l’utilisation qui en est faite qui l’est !
En effet, de  nombreux éditeurs utlise le logiciel BitTorrent pour diffuser leurs logiciels ou des vidéos à partir de petits serveurs. Mandrake, par exemple, propose ses distributions Linux sous ce format, le réalisateur Peter Jackson offre également certaines de ses productions et de nombreux groupes musicaux trouvent là un moyen extraordinaire pour faire découvrir leurs œuvres et tenter de se faire connaître !
Mais il faut bien admettre que le média le plus téléchargé est la musique au format mp3 et, depuis la généralisation du haut débit, des millions de films au format divx sont disponibles gratuitement sur Internet. C’est là que le partage massif de fichiers numériques pose problème car il ne permet plus la rémunération des ayants-droit : la loi protège l’œuvre (même si la copie privée est l’exception à la protection).

(NDLR :  Pour plus de renseignements, lire tout le dossier "Sacem" dans ce Mag.)

Comment ça marche ?

Le P2P est avant tout un type de réseau : des ordinateurs connectés peuvent donc s’échanger des données (musiques, films, ebooks, photos etc…) sans intermédiaire. Il suffit de lancer un logiciel comme eMule ou BitTorrent pour avoir accès à un catalogue aussi immense que varié. Techniquement, pendant qu’un internaute télécharge un fichier, le logiciel redistribue les fragments déjà récupérés aux autres utilisateurs connectés. Et pour favoriser les échanges, plus on partage (upload), plus on télécharge vite (download), enfin en théorie…

Emule :
Avec eMule, il suffit de se connecter à un serveur (il en existe des centaines) et de taper le nom du fichier désiré, comme dans un moteur de recherche. Il ne reste plus qu’à cliquer sur un lien parmi les résultats pour commencer le téléchargement.
BitTorrent fonctionne différemment : Il se concentre sur le téléchargement d’un fichier et donne en priorité à l’ordinateur qui lui a donné des morceaux de fichier. L’avantage est que la vitesse de téléchargement est plus élevée puisque, système de donneurs multiples oblige, il ne faut pas attendre dans une file virtuelle pour commencer le téléchargement. C’est aussi son inconvénient car dès qu’un fichier est peu partagé, il y a peu de sources et donc le torrent arrive en fin de vie.

Le p2p, phénomène majeur de l’Internet depuis la démocratisation du haut-débit, ne peut être interdit. Aussi, l’industrie musicale et cinématographique doivent s’adapter au modèle P2P et réfléchir, avec tous les acteurs concernés, à la mise en place de dispositifs innovants afin d’assurer une rémunération aux artistes. Le débat a lieu actuellement : affaire à suivre…

L.C.
le 01 mars, 2006
Connectez-vous pour commenter